Snapchat en 2017 : l’année du déclic

Publié le 24 Fév '17

En 2017, le réseau social se lance à nouveau dans une course folle où il compte bien allier son introduction en bourse au lancement de nouveaux projets. Alors Snapchat, appli de l’année ? Pas si vite.

La folle course à la concurrence que sont en train de mener Facebook et Snapchat rend parfois les choses illisibles. Jadis prudent en terme de transparence, le réseau social au petit fantôme a toutefois publié son document d’introduction en bourse dans lequel on trouve les chiffres clés de son activité. L’entreprise qui revendique 158 millions d’utilisateurs actifs chaque jour souhaite lever jusqu’à 3 milliards de dollars en bourse. Comment ? En attirant toujours plus d’investisseurs, en ouvrant l’ensemble de son interface de programmation à l’ensemble des annonceurs et en espérant gagner plus d’un milliard de recettes publicitaires sur l’année.

Snapchat a des arguments. La valorisation de l’entreprise d’Evan Spiegel est déjà valorisée à plus de 20 milliards de dollars et son chiffre d’affaires en 2016 s’élève à 404,5 millions de dollars. Côté tendance, la base de ses utilisateurs est toujours en nette augmentation et Snap reste clairement le réseau social plébiscité par les jeunes : 71% de ses usagers ont moins de 25 ans. Surfant sur une image plutôt cool, le réseau social entend continuer à profiter de l’aspect divertissant de son application. Et pourquoi pas se rapprocher de l’industrie musicale ? Fan de musique, Evan Spiegel nourrirait de grands projets pour son appli : il a déjà invité plusieurs groupes à faire la bande-son de certaines campagnes mais cette fois-ci, c’est la star anglaise Ed Sheeran qui dévoilait 30 secondes de son nouveau morceau à travers un nouveau filtre appelé « Lunettes spectacles ». Au delà de Sheeran, c’est une multitude de musiciens qui comptent bien profiter de la jeunesse et du très fort taux d’engagement du réseau social. Snapchat court encore après le succès en 2017. Mais, dans la course, il ne faudrait pas oublier la concurrence avec Facebook qui continue de cloner ses découvertes ni le risque d’une entrée en bourse qui pourrait s’annoncer périlleuse. Snapchat en a moins parlé mais il affiche une perte nette de 514,6 millions de dollars en termes de rentabilité en 2016.